Retour

La Légende des Nymphes Bleues

Le Dogue Allemand

 

Pour tout savoir sur le Dogue, son standard, comment bien le nourrir, ce qu'il faut savoir avant d'acquérir cet Apollon, prenez le temps de lire ces quelques lignes. En bas de page, un texte triste mais qui reflète si bien la réalité, parfois...

 

 Acquisition :

Choisir comme chien un dogue allemand est une décision importante qui doit être réfléchie longuement. Son puissant format dans un corps d'Apollon fait de lui un compagnon particulièrement exceptionnel.

 

Les points de réflexion :


 Le dogue est un compagnon de tous les jours. Il faut consacrer énormément de temps à son éducation, et l'intégrer à toutes les activités de la famille, pour laquelle il deviendra vite un membre à part entière. L'éducation du dogue allemand se fera en douceur, et dans le temps, il ne faut trop attendre de ce chien qui reste bébé assez longtemps, et le dressage militaire ne ferait que perturber votre relation. Par le jeu et la méthode douce, vous obtiendrez tout de votre géant, qui n'a qu'un seul but : "Vous faire plaisir". Votre foyer deviendra sa meute, et vous devrez veiller dès son plus jeune âge, à respecter l'ordre hiérarchique logique ; votre dogue reste un chien, vous serez le maître de ce chien, jamais l'inverse. Imaginez bien, que ce que vous permettez à votre si petit chiot, vous serez obligé de le permettre quand il sera adulte, sans quoi il sera perturbé. Donc, ne permettez jamais à votre chiot de faire, ce que vous n'autoriserez pas quand il fera 70 kg. Une mauvaise éducation se paye très cher avec un chien d'un tel format. Vous serez l'unique responsable d'un échec d'éducation, et votre dogue en souffrira. Il existe maintenant, bon nombre d'éducateurs qui pourront vous aidez à corriger les petits tracas d'ordre éducatif.

 

      Le dogue allemand adulte mesure de 70 à 90 cm au garrot pour un poids de 60 à 85 kg, et la charge liée à son acquisition est considérable. L'alimentation, les soins, le suivi vétérinaire réclament un budget à part entière. Il faut encore prévoir un véhicule adapté à son transport. Aucuns de ces aspects ne pourra être négligés.


Alimentation :

Les dix commandements pour une alimentation rationnelle du chien

    Ces dix règles majeures (R. Wolter) reprises pour partie ci-après sont celles qui permettront à tout propriétaire d'éviter les principales erreurs concernant le rationnement pratique alimentaire de son Dogue Allemand.

1. Abreuvement suffisant

    Une eau potable, fraîche, renouvelée, sera laissée en libre-service au chien, sachant que sa consommation moyenne est de 60 ml par kilogramme de poids corporel et par jour, et qu'elle augmente chez le chiot, la chienne qui allaite, sous climat chaud et en période de travail.

    On prendra soin de réguler les consommations exagérées d'eau, en particulier au retour d'une promenade, ceci afin de se prémunir d'éventuels phénomènes de dilatation-torsion de l'estomac.

2. Respecter les transitions alimentaires

    Toute modification alimentaire doit se faire progressivement chez le chien, sur une semaine, afin de lui permettre de s'adapter aux plans gustatif, digestif et métabolique, et pour laisser le temps à sa microflore intestinale, beaucoup plus adaptée que celle de l'homme à ce que le chien mange, de se reconstituer spécifiquement pour digérer le nouvel aliment. 


 

3. Assurer au chien des repas réguliers 

    Le chien n'est heureux que s'il reçoit chaque jour aux mêmes heures, au même endroit, dans la même gamelle, sa ration alimentaire. Le nombre de repas sera à adapter à l'état physiologique du chien, qui sera pesé régulièrement. Chez le Dogue Allemand, le chiot recevra 4 repas par jour jusqu'à 4 mois, le jeune 3 repas par jour jusqu' à 8 mois, et l'adulte 2 repas quotidien. 

4. Contrôler les quantités d'aliment distribuées

    Calculées en fonction du besoin énergétique quotidien du chien et de la teneur en calories des aliments, les quantités distribuées chaque jour seront pesées régulièrement afin d'éviter toute dérive lente vers l'obésité. Elles seront adaptées à l'évolution du poids du chien. Ainsi, le jeune Dogue Allemand ne devra jamais être suralimenté. Toute prise de poids subite, entraînera systématiquement des troubles de croissance, notamment d'un point de vue ostéo- articulaire. Tout propriétaire de dogue doit savoir être patient, la croissance d'une race géante est fulgurante, et nul ne doit tenter de l'accélérer. Au contraire une croissance lente et harmonieuse, c'est la chance de voir se développer à ses côtés un compagnon en pleine forme.  

5. Distribuer au chien un régime équilibré

    Qu'il soit familial ou industriel, l'aliment doit renfermer tous les nutriments dont le chien a besoin, apportés en quantités satisfaisantes, et dans des proportions adaptées à son format (race géante), à son état physiologique (entretien, reproduction, croissance), à son âge (chiot, adulte mature, chien âgé), voire à son état physiologique. 

6. Bien choisir l'aliment d'un chien

    Choisir d'alimenter son chien avec tel ou tel aliment n'est pas une décision anodine, et ce sont avant tout les critères d'équilibre nutritionnel qui doivent primer. Trois critères fondamentaux interviennent dans le choix du bon aliment pour un chien : son âge (chiot, adulte, adulte mature ou vieillissant), son niveau d'activité physique ou physiologique (actif, sportif, reproducteur). 

7. Utiliser l'aliment de manière rationnelle

En effet, la manière de donner compte autant que ce que l'on donne. C'est ainsi qu'en cas d'utilisation d'aliments industriels, il est essentiel de suivre convenablement le mode d'emploi du fabricant. En alimentation familiale, certaines expressions doivent être bannies, car nulles et non avenues chez le chien : "je le nourris comme moi-même", "il mange ce qu'il veut", "il ne veut que cela". Enfin, déchets de table, friandises, sucres, gâteaux, chocolat ne feront pas partie de l'alimentation d'un Dogue Allemand.

8. L'hygiène du chien doit être satisfaisante

Les aliments industriels offrent de bonnes garanties de salubrité hygiénique. Les aliments frais ou décongelés ( alimentation traditionnelle) seront conservés au froid, tandis que les croquettes seront maintenues dans leur sac refermé et dans un endroit sec. Si le chien ne finit pas son repas, les restes seront jetés et la gamelle nettoyée quotidiennement. 

9. Contrôler les résultats individuels

 L'efficacité du rationnement et son adaptation doivent être contrôlées chez le chien sur la base d'éléments aussi simples que l'évolution de son poids, la qualité de son poil et de ses excréments, ou encore son appétit et son comportement au quotidien.

10. Ne pas hésiter à avoir recours aux personnes compétentes

De par sa formation, le vétérinaire est aussi le diététicien du chien, que ce soit dans sa vie au quotidien ou lorsqu'il est malade. Pour manque d'appétit ou boulimie durables, amaigrissement ou alourdissement anormaux, diarrhées ou constipations persistantes, troubles physiques ou comportementaux préoccupants, et pour toutes les variations notables de la soif ou de l'appétit qui peuvent être des signes précurseurs d'une maladie générale méritant un examen approfondi.

D'une manière générale, il conviendra de suivre à la lettre les conseils de son éleveur, et il faudra retourner vers lui à chacune de vos interrogations. En effet, si votre éleveur à des Dogues Allemands en pleine santé, c'est notamment parce qu'il nourrit ses chiens au mieux.

 

Comment alimentons-nous nos Dogues ?

    En côtoyant cet Apollon, chacun se rendra compte, qu'il n'est pas possible de le nourrir avec des boîtes industrielles de supermarchés.

    Comme de nombreux autres propriétaires de Dogues Allemands, nous avons choisi la nourriture traditionnelle.  Plus particulièrement nous nous sommes orientés vers la diète de BARF ( Biologically Appropiate Raw Food), avec d'excellents résultats.

Pour en savoir davantage sur l'alimentation naturelle, visitez ces deux sites :

 www.barf.ch

  www.b-a-r-f.com

A propos de l'alimentation industrielle, elle offre des résultats corrects


 

 Santé

Il faut être vigilent pour déceler toute baisse de forme. En cas de perte d'appétit et de dynamisme contrôler la température rectale ( moyenne normale chez l'adulte 38,5°). Au dessous de 38° et au dessus de 39 °, il faut faire intervenir votre vétérinaire.

    Le dogue allemand, n'est pas une petite nature, mais il est sujet aux dilatations - torsions de l'estomac, qui peuvent être fatales. Ce seront toujours des urgences vétérinaires extrêmes. Les troubles ostéo-articulaires, bien connus chez les grandes races, doivent être détecter rapidement, et pris en charge aussitôt, tout particulièrement en phase de croissance.

  Vermifuge

Une fois par mois jusqu'à 6 mois

 Une fois tous les 2 mois jusqu'à 12 mois

 Deux fois par an, ensuite

Les vaccinations et rappels seront pratiqués selon le protocole établi par votre vétérinaire.

    Soins

 Les oreilles : Contrôlées et nettoyées régulièrement

 Les dents : Contrôlez l'émergence de la denture adulte, et limitez les dépôts de tartre, grâce à une bonne hygiène bucco dentaire.

 Les yeux : Surveillez les écoulements anormaux et nettoyez les sécrétions.

 La toilette : Un brossage quotidien est indispensable pour votre animal, il permet d'évacuer tout les poils morts, et revitalise la robe de votre Dogue. Un bain donner de temps en temps avec des produits adaptés, une eau  à température adéquate  et un séchage approprié, peut être envisagé de temps en temps. Les shampoings secs, ou lotions sans rinçage présentent une bonne alternative aux bains.

    Exercice

Il est indispensable de contrôler l' activité physique du chiot en croissance. L'exercice doit être modéré et surveillé jusqu' à 6 mois, mais il demeure indispensable au développement du chiot. Tout abus, entraîne des déformations du squelette. Au delà de 6 mois, les promenades deviendront de plus en plus longues, et les séquences de trot seront plus nombreuses,  afin de développer la musculature de votre dogue.

        Pour l'adulte, on ne perdra pas de vue, que l'exercice physique est indispensable, pour maintenir une bonne musculature, et un fonctionnement cardio-respiratoire optimal.

 

 

Prenez quelques secondes pour lire ce texte ... puis méditez :

Comment est-ce possible ?


Quand j'étais un chiot, je vous ai amusés avec mes cabrioles et je vous ai fait rire. Vous m'avez appelé votre enfant, et en dépit de plusieurs chaussures mâchées et quelques oreillers assassinés, je suis devenu votre meilleur ami.

Mon éducation a pris un peu plus longtemps que prévu, parce que vous étiez terriblement occupés, mais nous y avons travaillé ensemble. Je me souviens de ces nuits où je fouinais dans le lit et écoutais tes confidences et rêves secrets, et je croyais que la vie ne pourrait pas être plus parfaite.

Nous sommes allés pour de longues promenades et courses dans le parc, promenades de voiture, arrêts pour de la crème glacée ( j'ai seulement eu le cornet parce que " la glace est mauvaise pour les chiens," comme tu disais), et je faisais de longues siestes au soleil en attendant que tu rentres à la maison.

Progressivement, tu as commencé à passer plus de temps au travail et tu t'es concentré sur ta carrière, puis tu as passé du temps à chercher un compagnon humain. Je t'ai attendu patiemment, je t'ai consolé après chaque déchirement de coeur et déceptions, je ne t'ai jamais réprimandé au sujet de mauvaises décisions, et je me suis ébattu avec joie lors de tes retours au foyer, et puis tu es tombé amoureux.

Elle, maintenant ta femme, n'est pas une « personne-chien », mais je l'ai accueillie dans notre maison, j'ai essayé de lui montrer de l'affection, et je lui ai obéi. J'étais heureux parce que tu étais heureux.

Ensuite les bébés humains sont arrivés et j'ai partagé votre excitation. J'étais fasciné par leur couleur rose, leur odeur, et je voulais les pouponner aussi. Seulement vous vous êtes inquiétés que je puisse les blesser, et j'ai passé la plupart de mon temps banni dans une autre pièce, ou dans une niche. Oh, comme je voulais les aimer, mais je suis devenu un "prisonnier de l'amour".

Quand ils ont commencé à grandir, je suis devenu leur ami. Ils se sont accrochés à ma fourrure et se sont levés sur leurs jambes branlantes, ont poussé leurs doigts dans mes yeux, fouillé mes oreilles, et m'ont donné des baisers sur le nez. J'aimais tout d'eux, et leurs caresses, parce que les tiennes étaient maintenant si peu fréquentes, et je les aurais défendus avec ma vie si besoin était. J'allais dans leur lit et écoutais leurs soucis et rêves secrets, et ensemble nous attendions le son de ta voiture dans l'allée.

Il y eut un temps, quand les autres te demandaient si tu avais un chien et qu'ils te demandaient une photo de moi, tu en avais toujours une à leur montrer dans ton portefeuille, et tu leur racontais des histoires à mon propos. Ces dernières années tu répondais juste " oui " et tu changeais de sujet. Je suis passé du statut de " ton chien " à " seulement un chien, " et vous vous êtes offensés de chaque dépense pour moi.

Maintenant, vous avez une nouvelle occasion de carrière dans une autre ville, et vous allez déménager dans un appartement qui n'autorise pas d'animaux familiers. Tu as fait le bon choix pour ta " famille ", mais il y eut un temps où j'étais ta seule famille.

J'étais excité par la promenade en voiture jusqu'à ce que nous arrivions au refuge pour animaux. Cela sentait les chiens et chats, la peur, le désespoir. Tu as rempli la paperasserie et tu as dit :
" - Je sais que vous trouverez une bonne maison pour lui ".
Ils ont haussé les épaules et vous ont jeté un regard attristé. Ils comprennent la réalité qui fait face à un chien entre deux âges, même un avec " des papiers ". Tu as dû forcer les doigts de ton fils pour les détacher de mon col et il criait :
" - Non, Papa! S'il vous plaît ne les laissez pas prendre mon chien!"

Et je me suis inquiété pour lui. Quelles leçons lui avez-vous apprises à l'instant, au sujet de l'amitié et la loyauté, au sujet de l'amour et de la responsabilité, et au sujet du respect pour toute vie ?

Tu m'as donné un « au revoir-caresse » sur la tête, tu as évité mes yeux, et tu as refusé de prendre mon collier avec vous.

Après votre départ, les deux gentilles dames ont dit que vous saviez probablement au sujet de votre départ il y a de cela plusieurs mois et rien fait pour me trouver une autre bonne maison. Elles ont secoué leur tête et ont dit : " Comment est-ce possible ?"

Ils sont aussi attentifs à nous ici dans le refuge que leurs programmes chargés ne le leur permet. Ils nous nourrissent, bien sûr, mais j'ai perdu l'appétit il y a plusieurs jours.

Au début, chaque fois que quelqu'un passait près de ma cage, je me dépêchais en espérant que c'était toi, que tu avais changé d'avis, que c'était juste un mauvais rêve. ou j'espérais tout au moins que ça soit quelqu'un qui se soucie de moi et qui pourrait me sauver. Quand je me suis rendu compte que je ne pourrais pas rivaliser avec les autres chiots qui folâtraient pour attirer l'attention, je me suis retiré dans un coin de la cage et j'ai attendu.

J'ai entendu ses pas quand elle s'est approchée. Elle m'a placé sur la table et a frotté mes oreilles, et m'a dit de ne pas m 'inquiéter. Mon coeur battait d'anticipation à ce qui était à venir, mais il y avait aussi un sentiment de soulagement. Elle a placé une chaîne doucement autour de ma patte de devant et une larme a roulé sur sa joue. J'ai léché sa main de la même façon que je te consolais il y a tant d'années. Elle a glissé l'aiguille hypodermique habilement dans ma veine.

Quand j'ai senti le dard et les liquides se répandre à travers mon corps, je me suis assoupi, l'ai examinée de mes gentils yeux et ai murmuré " Comment as-tu pu ? "

Peut-être parce qu'elle comprenait mon langage, elle a dit " je suis si désolée". Elle m'a étreint, et m'a expliqué précipitamment que c'était son travail de s'assurer que j'aille à une meilleure place où je ne serais pas ignoré ou abusé ou abandonné, ou j'aurais à pourvoir moi-même à mes besoins, une place remplie d'amour et de lumière très différente de cet endroit. Et avec mes dernières énergies, j'ai essayé de me transporter jusqu'à elle et lui expliquer avec un coup sourd de ma queue que mon " Comment as-tu pu? " n'était pas dirigé contre elle.

C'était à toi, mon maître bien-aimé, que je pensais.

Je penserai à toi et t'attendrai à jamais.
Puisse tout le monde dans ta vie continuer à te montrer autant de loyauté.


"Comment est-ce possible ?" a été écrit par Jim Willis